Il y aurait cette plage de rochers carbonisés qui réapparaitrait constamment. Un scénario hanté, parasité par des images de cette plage, de ces rochers. Ces images reviendraient comme des mauvais souvenirs, le même souvenir, celui qu’on peut se raconter mille fois en changeant son récit. Elles seraient comme des images cachées parmi les autres, présentes même si on ne veut pas les voir. On peut les contempler longtemps ou les laisser apparaître en images subliminales. La plage serait le décor, l’arrière plan de tout le reste. Mais elle aurait cette place centrale qui détermine l’ensemble.

NARRATION

Transfigured time
Images extraites de leur temporalité initiale. Pas de narration construite. Pas de scénario. Une photographie, puis une autre. À ces deux photos s’ajoute une troisième… Pas de scénario mais des images; l’ensemble renvoie au cours aléatoire de la vie, aux moments de latence, de lenteur, d’ennui. Théâtre familier. L’infime quotidien déplacé sous le regard du spectateur. Portraits passés à la lame pour laisser transparaître les tensions intérieures, ce que nous ne voyons pas. Le potentiel narratif des images.